Portal Home Page Provincial News Home Email this Page Printable Version RSS Feed

 
  Other Articles from THIS diocese
  News by Regions
and Provinces
Anglican Press Online distributed by the
Diocese of Mauritius
(Church of the Province of the Indian Ocean)
 
Archbishop The Most Rev Ian Ernest attended a U.S. Former USPG Consultation in India with Can Edgar Ruddock . He shared his thoughts about the Old Delhi ..and New Delhi ... Especially for Mauritians whose roots sprang from the Indian Sub Continent and now thriving in Mauritius .....
 
MAUEN 131010-1
October 10, 2013

[Diocese of Mauritius - Indian Ocean] Visite à « Old Delhi » et à « New Delhi ».

++Ian Ernest

Un retour aux sources mais étranger quand même a sa manière d'être.


Impressionnante culture d'une richesse déconcertante où se côtoient deux civilisations. L’une, débordante d’ingéniosité et de planification et l'autre, dépourvue d'ordre et de compassion.

Une injustice qui saute aux yeux par un fatalisme fondé sur une religiosité ambiante et un militantisme constant manifesté par une ouverture d'esprit me semble un paradoxe. Mais je dois reconnaître que cette réalité de vie et de culture millénaire met en relief un mosaïque unique mais combien mystérieux et déroutant au creux d'un état démocrate.

La vie de ses citoyens dont un grand nombre vient d'autres régions du pays est comme un tableau surréaliste où les couleurs sont à la fois distinctes et surabondantes. Une famille qui vit à la rue et l'autre qui vit enfermée dans le luxe… Je ne peux me libérer de ces images bouleversantes car la richesse semble ignorer cette pauvreté qui frappe à sa porte. Ceci traduit notre incapacité de combattre une injustice délirante dont la fondation est posée sur la classification des personnes selon la naissance.

La logique de ce modèle de société est loin de la vérité que nous sommes créés à l'image de Dieu. Des millions sont persécutés et marginalisés parce qu’ils sont nés dans une famille dont la destinée est définie par la naissance. Une des certitudes de la vie est que nous n'avons pas de choix par rapport à la naissance et à la mort.

Ainsi, puis-je laisser le dictat d'un système déshumanisant et archaïque se dorer au soleil? Puis-je ignorer que, même chez moi, la classe politique se contente de maintenir un état de choses qui joue à son avantage? A quand un déploiement courageux pour renverser les barrières érigées pour protéger les intérêts de quelques-uns au détriment de plusieurs?

Nous ne pourrons jamais nous débarrasser des situations d'injustice que plusieurs de mes compatriotes subissent tant que nous miserons sur les différences de caste, de classe et de race que nous portons en nous pour faciliter notre ascendance économique, sociale et professionnelle.

Le salut pour tous ne pourrait être réalisé s’il ne vient que d'une voie /voix unique. Les voies et les voix doivent se converger vers un entrepôt qui emmagasine de la compassion pour celui ou celle qui est différente de moi. Nos ancêtres sont venus dans cette île déserte pour construire une nouvelle vie qui soit capable d'ouvrir des possibilités d'avenir, de prospérité et de progrès. Mais pourquoi cette insistance malsaine de protéger ses acquis au nom de la différence? Il est vrai qu'une grande majorité parmi nous est venue ici par force ou par obligation mais aujourd'hui nous formons un peuple souverain dont certains ont le droit de jouir des richesses de notre labeur. Ces richesses doivent être reparties en toute équité et selon les mérites d'une compétence. Pour qu'il y ait compétence il faut que tous soient encouragés à faire des efforts, pour qu'il y ait équité, il faut établir des paramètres qui soient portés par le cadre légal existant. La justice ne sera pas établie par le biais d'un centre culturel ou linguistique qui ne fait que nous éloigner des uns et des autres. On reproche à la hiérarchie ecclésiale bien de choses dont son Silence. Oui, il nous faut un regard critique sur ce que nous sommes censés proclamer mais il est aussi opportun que l'espace interreligieux et non socio-religieux se mobilise pour que la vie harmonieuse dont nous jouissons se développe en une culture de justice. Pas de justice sans vérité, et pas de vérité sans amour. Ce n'est pas en flirtant avec les leaders politiques que cette culture s'incrustera dans nos moeurs et nos comportements. Le socio-religieux doit se débarrasser du goût du pouvoir car le propre de toute religion doit être le service à Dieu et aux autres.

Ainsi, ne soyons pas passéistes, soyons du présent, notre mère patrie est souveraine, construisons une société sur des prémices qui sont précieux à cet arc-en-ciel dont les couleurs se soutiennent les unes les autres et ceci, tout en étant distinctes des unes des autres.

Ce voyage m'a fait découvrir que nous pourrons vivre autrement si nous le voulons. Il est de notre RESPONSABILITÉ en tant que citoyens de pousser vers le large et d'élargir l'espace de notre tente. Prenons des risques à l'exemple de nos ancêtres.