Portal Home Page Provincial News Home Email this Page Printable Version RSS Feed

 
  Other Articles from THIS diocese
  News by Regions
and Provinces
Anglican Press Online distributed by the
Diocese of Mauritius
(Church of the Province of the Indian Ocean)
ARCHBISHOP IAN GIVING A CHRISTMAS MESSAGE
Photo No. : P111227-1

 
The Christmas Message of the Most Rev Ian Ernest , Bishop of Mauritius is centered on the Family being the most important cell for the society ... follows his French Text ...La famille est la cellule principale qui donne à toute société humaine sa force, sa stabilité, et son équilibre.
 
MAUEN 111227-1
December 27, 2011

[Diocese of Mauritius - Indian Ocean] Message de Noel 2011

Mgr Ian Ernest

Chers frères et soeurs

Joyeux Noël

Il y a quelques années de cela j’ai eu le privilège de parler à un petit garçon de 7 ans dont les parents étaient en instance de divorce. Vu la conjoncture difficile, les parents essayaient de remédier à cette situation en offrant des cadeaux régulièrement à l’enfant. Mais au cours de ma conversation avec lui, cet enfant m’a confié ceci : Je suis fatigué et je n’apprécie pas que mes parents me donnent des cadeaux car j’aurai préféré qu’ils s’aiment et qu’ils se comprennent.

Des paroles fortes et pleines d’implications. Il y a chez cet enfant un besoin d’amour pour son équilibre, son épanouissement et sa sérénité. Et, tout comme plusieurs parmi nous qui avons soif d’amour, de paix et d’orientation dans notre vie, cet enfant a besoin d’avoir un sens à sa vie, un sentiment d’être aimé.

Et en ce soir de Noël, l’histoire autour de la naissance de Jésus nous est instructive. Elle nous parle de cet amour vrai et passionné à l’égard de toute l’humanité. L’amour de Dieu pour chacun d’entre nous est un amour qui fait de nous des hommes et des femmes épanouis, équilibrés et sereins.

Le récit de Noël tel qu’il est présenté dans les évangiles et annoncé par les prophètes parle de la réalisation de la venue de Jésus, Fils de Dieu, le Messie. Cette venue promet de transformer le sort de chaque personne vivant sur cette terre.

La Vierge Marie et Joseph son époux ont été les premiers à goûter à l’intervention puissante de l’Amour de Dieu qui souvent dérange notre culture et nos habitudes. La naissance de Jésus que nous évoquons ce soir dépasse la compréhension humaine mais elle nous mène à réfléchir sur la portée de la présence de Dieu Lui-même. Marie, jeune fiancée se trouve soudainement en face d’une grosse difficulté, en face d’un grand défi – elle est enceinte par l’action de l’Esprit de Dieu et ceci fait scandale. Joseph son fiancé, un homme droit décide de la renvoyer en secret. Mais Dieu les ayant choisis pour manifester son amour au monde fait d’eux une famille unie, épanouie partageant ensemble les joies et les peines malgré les problèmes et les jugements des autres. Ce que dit l’Evangile devrait nous faire réfléchir – je cite :

L’Ange dit à Joseph :
« Ainsi se réalise ce que le prophète a dit de la part du Seigneur : « la jeune fille attendra un enfant. Elle mettra au monde un fils. On l’appellera Emmanuel, ce qui veut dire « Dieu avec nous ». Quand Joseph se réveille, il fait ce que l’ange du Seigneur lui a commandé. Il prend sa femme chez lui.

La capacité de Marie d’accepter d’être la servante du Seigneur et la capacité de Joseph de braver les difficultés rencontrées sont des exemples à suivre. Sommes-nous capables d’avoir le même courage qu’eux ? Leur exemple devrait être une inspiration pour nous et pour nos familles.
La famille est la cellule principale qui donne à toute société humaine sa force, sa stabilité, et son équilibre. Si la famille va mal et comme dirait la chanson, le pays va mal. Je ne voudrais pas ici utiliser les clichés habituels pour démontrer que la vie de famille dans plusieurs cas arrive difficilement à soutenir la vocation qui est la sienne. La famille est appelée à créer un espace affectif, attendrissant, discipliné et communautaire. Au cours de mes rencontres, en tant que Pasteur, avec des familles, je découvre avec joie que beaucoup d’entre elles font de grands efforts pour améliorer la qualité de leurs vies. Cependant, je note aussi avec consternation que plusieurs parents et enfants cultivent malheureusement une mentalité égocentrique, matérialiste qui engendre des conflits, de la violence, de la maltraitance, du mépris et une compétition malsaine. Et, tous ces maux qui affligent notre société commencent très souvent par un manque d’affection à l’égard des enfants dans une famille. Récemment une jeune fille de 16 ans m’a interpellé en me confiant qu’elle est déçue de ses parents qui n’ont pas de temps pour elle et qu’elle vit dans la peur à cause de ce qu’elle subit chaque jour dans le quartier où elle habite: la drogue, l’alcool et la pornographie sont malheureusement des réalités qui lui sont infligées.

Que faire donc ?

Chers amis, l’histoire de Jésus, Fils de Dieu, Fils de l’homme vivant au sein d’une famille humaine démontre son humanité comme un enfant grandissant dans les traditions de sa famille et de son peuple. En même temps cette histoire nous dirige, au delà de la famille naturelle, vers une relation spéciale avec notre Père du Ciel. Marie et Joseph sont mentionnés par ces récits comme des parents religieux, ordinaires qui assument leur devoir. On introduit le petit Jésus( ?) à l’enseignement juif à la synagogue et aux pratiques de la prière et de la lecture des Ecritures Saintes ; et arrivé à l’âge adulte, Jésus a su maintenir l’enseignement traditionnel sur l’importance de la famille. Quand on lui pose la question sur la vie éternelle, voici ce qu’Il répond :

« Aimer Dieu, son prochain et honorer ses parents »

Il est donc important de souligner que les valeurs qui sont essentielles à la vie de famille trouvent leurs sources en Dieu.
Le mot ‘valeur’ est défini comme tout ce qui est bon, bien et vrai. Dieu seul incarne le bon, le bien et le vrai. Et la fête de Noël vient nous rappeler cela car son Fils Jésus, sauveur est venu libérer le monde des ténèbres du mensonge, du mal et de l’hypocrisie.

Je tiens ici à saluer la démarche de ces personnes, hommes et femmes qui, au sein d’organisations religieuses, non gouvernementales et gouvernementales essaient d’encadrer les familles les plus vulnérables pour qu’elles retrouvent le goût de vivre ensemble. Il nous faut aussi encourager les membres de la famille élargie que sont les grands parents, oncles et tantes à apporter un soutien affectif additionnel aux couples de leurs familles et surtout aux personnes qui sont seules à élever leurs enfants. Ceci s’avère nécessaire vu que les parents sont très souvent pris par le travail et n’arrivent pas à donner le temps qu’il faut à leurs enfants.

Il est aussi malheureux de constater que nous, parents n’hésitons pas à faire des dettes – et cela très souvent - pour satisfaire les désirs immédiats de nos enfants. Nous les gâtons sans nous en rendre compte car nous voulons être tranquilles. Ceci prive donc nos enfants d’un esprit de sacrifice où la réussite n’est atteinte que par le prix de l’effort. Et ceci nous mène à dire que les parents abdiquent de leurs responsabilités mais je crois qu’il y a plutôt une ignorance de leurs responsabilités qui donne lieu à des situations parfois confuses parfois destructives.

Il est temps d’encourager nos familles à revoir leurs priorités et à remettre le souffle de l’Amour dans les différents aspects de leur vie : ce souffle engendre le respect, la patience, la tendresse, l’écoute, l’acceptation de l’autre tout comme l’ont démontré la Vierge Marie et Joseph dans ce récit de Noël. Le monde de Dieu tel qu’il est exprimé par le chant des Anges à la Naissance du Christ est un monde de paix et de bonne volonté.
Quand nos familles n’ont pas la capacité d’acquérir le bien, le bon et le vrai, nous nous privons de construire une société juste et libre. Cette incapacité fait que certaines familles vivent dans l’enfer de l’incompréhension, des insultes et de la violence. On sort de ces situations blessé et meurtri. Mais beaucoup tiennent à rester ensemble pour diverses raisons même si la vie est insoutenable. Je voudrais ici dénoncer cette situation déshumanisante et il faut que nous tous ensemble nous essayions d’apporter dans ces situations un espace de conversation qui favoriserait une harmonie familiale basée sur le pardon.

Ce sauveur qui nous est né, Jésus, nous enseigne que par la Croix nous sommes pardonnés et rétablis de notre relation avec Dieu et comme le dit la prière du Notre Père, nous sommes appelés à nous pardonner les uns les autres.

Ce pardon découle de notre générosité de donner à Dieu sa place dans nos vies. La générosité est un don gratuit de Dieu et si elle n’est pas présente dans nos familles nous ne pourrons pas faire face aux maux qui nous affligent et aux défis qui sont les nôtres avec courage et détermination.

En contemplant la fête de Noël qui transcende les barrières religieuses nous avons la responsabilité de nous ouvrir à la possibilité de donner à chaque famille mauricienne la capacité de construire sa vie sur des valeurs spirituelles, sur la générosité de cœur pour que la confiance et la sérénité, règnent en nous et par nous.

C’est la joie que nous recevons de Noël. Quel beau cadeau. Notre combat à tous c’est de donner à nos familles respectives ce que Marie et Joseph possèdent: la Foi que Dieu en Jésus peut transformer le monde et donner la paix sur terre aux hommes et aux femmes de bonne volonté.

Joyeux Noël et que Dieu vous bénisse et que l’année 2012 soit porteuse de joie et de justice.