Portal Home Page Provincial News Home Email this Page Printable Version RSS Feed

 
  Other Articles from THIS province
  News by Regions
and Provinces
Online News distributed by the
Diocese of Antsiranana
(Church of the Province of the Indian Ocean)
 
The military proclaims that they have taken the government by a putsch on the day that a fuzzy CONSTITUTIONAL referendum was organised by Rajoelina HAT
 
ANTSIRANANA 101118-1
November 18, 2010

[Diocese of Antsiranana - Indian Ocean] Forces armées. Autre tentative de putsch
18-11-2010 / 09:12
La journée d’hier a été riche en événement. Outre la tenue du référendum constitutionnel, le pays a été surpris par une déclaration de quelques officiers militaires affirmant avoir pris le pouvoir au nom d’un « Conseil militaire de salut public ».
Capture d'écran de certains des officiers qui ont déclaré la mise en lace d'un "Conseil militaire de salut public"
Capture d'écran de certains des officiers qui ont déclaré la mise en lace d'un "Conseil militaire de salut public"
© -
Dans une déclaration, ce collectif d’officiers estime que l’Etat de droit n’est plus respecté et que le pillage de la richesse nationale se généralise. Il a également dénoncé ce qu’il appelle le rétablissement de l’autoritarisme. Devant cette situation, ces militaires estiment qu’il est de leur devoir de prendre leurs « responsabilités » notamment concernant certains sujets brulants qui secouent le pays. Par ceux-ci : la réconciliation nationale, la libération de tous les prisonniers politiques, le retour de tous les exilés. La même déclaration précise que désormais le pouvoir est entre les mains du Conseil militaire de Salut public et que les autres institutions transitoires sont dissoutes. Quant aux différents ministères, leurs gestions seront assurées par les secrétaires généraux.

Parmi ces « nouveaux putschistes », quelques-uns ont été des anciens soutiens du régime transitoires comme le lieutenant-colonel Charles Andrianasoavina, qui s’est auto déclaré comme étant le porte-parole, ou encore le général Noël Rakotonandrasana. Autre militaire cité comme faisant partie de cette « mutinerie » serait le colonel Coutity. Et selon le Premier ministre, le cerveau de l’opération est le général Raoelina, impliqué dans la tuerie du 7 février et considéré comme étant très proche de l’ancien Chef d’Etat Marc Ravalomanana.

Journalistes arrêtés
Si la matinée d’hier a été assez calme, la sortie de cette déclaration a provoqué un mouvement de panique durant l’après-midi autour de deux camps militaires d’Ivato, la Bani et la RFI. Profitant de la déclaration de ces officiers, quelques partisans de l’opposition au régime transitoire en ont profité pour ériger des barrages sur la route reliant la capitale et l’aéroport. Brulant des pneus, ils ont été délogés par des éléments de l’Emmo-Reg. Mais, vers 17 heures, la route a été de nouveau ouverte à la circulation. Selon encore les informations, des tractations auraient été ouvertes entre ces éléments putschistes et les éléments des forces armées loyalistes. Par ailleurs, d’autres sources ont informé que des journalistes ont été arrêtés par des éléments issus de deux camps militaires sans qu’on sache les raisons exactes. D’après le colonel Charles Andrianasoavina sur la chaine France 24 « nous avons l’intention de prendre ce palais (présidentiel) et tous ses ministères. Notre revendication, c’est la mise en place d’un gouvernement consensuel et inclusif. Pour demain, nous avons l’intention de prendre l’aéroport et personne ne peut quitter Madagascar ».

Mais si on se fie à la déclaration du Premier ministre et du Président de la HAT, la mutinerie a échoué et des mesures seront prises pour mettre hors d’état de nuire les mutins.

L.D.A.
© Madagascar Matin