Portal Home Page Provincial News Home Email this Page Printable Version RSS Feed

 
  Other Articles from THIS province
  News by Regions
and Provinces
Online News distributed by the
Diocese of Antsiranana
(Church of the Province of the Indian Ocean)
ANDRY RAJOELINA THE YOUTHFUL
Photo No. : P100727-1

 
The Courrier News reports that the regime of Andry Rajoelina the HAT President hangs on to the power as long as possible succintly accaparating the riches and monopolising the national economic sector of Madagascar
 
ANTSIRANANA 100727-1
July 27, 2010

[Diocese of Antsiranana - Indian Ocean] Andry Rajoelina joue les prolongations PDF Imprimer Envoyer
Écrit par F. Ram
Lundi, 26 Juillet 2010 13:50

Les événements économiques et sociaux de ces derniers jours finissent par convaincre l'opinion publique que les hommes forts du régime ne comptent nullement abréger la transition. Les déclarations de programme faites par le président de la HAT ce week-end, les résolutions prises en conseil des ministres à travers divers textes juridiques (ordonnances, décret de création de l'ADESM , etc….), l'autosatisfaction des responsables sur la non-dégradation selon eux de la vie de la population (moins d'inflation, bonne production rizicole, taux de croissance positif proche de zéro……), confortent cette impression.

Des élections, rien que des élections

Pourtant la vraie sentence pour sortir de ce marasme politique appartient finalement au peuple et l'objectif, c'est qu'il s'exprime à travers un choix clair, net et sans ambiguïté pour l'honneur de ce pays, n'est-ce pas ? Une vérité de la Palisse en quelque sorte dites vous !!!!

L'ex-Premier Ministre de la HAT, Monja Roindefo, a-t-il donc déjà eu raison tout comme son ministre de l'Intérieur, Masimanana Manantsoa, injustement évincé quand ils ont affirmé dès leur prise de fonction au mois de mars 2009, que la mise en place des élections pouvaient avoir lieu avant la fin 2009 pour en finir avec cette transition morbide ? On croyait que Andry Rajoelina n'a fait qu'emboîter le pas après avoir constaté qu'il s'était engouffré dans une impasse et où la reconnaissance internationale devenait lentement mais sûrement inaccessible en promettant des élections avec son penchant unilatéraliste ; il n'en est rien finalement : "chassez le naturel, il revient au galop". Soif de pouvoir oblige !!!!

2 écoles complémentaires

Des partis politiques, des membres de la société civile, de simples citoyens pensent tout bonnement le contraire et affirment sans ambages que procéder à une élection équivaudrait dans les conditions actuelles à créer une future crise politique pour demain.

Il y a en effet 2 écoles de pensée complémentaires pour que cette transition dure

D'une part celle, car elles sont nombreuses dans cette première école, qui veut, avant tout chose, refaire le code électoral, changer la constitution, ajouter d'autres gadgets juridiques, politiques et repousser des élections sous quelques mois environ en suivant l'esprit des accords de Maputo, avec des discussions préliminaires dans les régions et sous le couvert du prétexte qu' "il faut laisser les peuples des régions s'exprimer". C'est le Conseil national des sociétés civiles sous le "coaching" de la HAT qui est en première ligne, en sus de leur offre "politique" de se poser en médiateur à la place de la communauté internationale pour régler cette crise politique.

D'autre part, celle de la HAT et de ses proches qui fait tout simplement en sorte, en s'opposant à toutes les autres initia-tives ou en se créant des "oppositions" ou des contradictions en son sein, que ce régime de fait s'éternise pour pouvoir acca-parer les richesses nationales et monopoliser tout un pan du secteur économique national. Le discours médiatique à Mahajanga du président Rajoelina le confirme en faisant croire et comprendre que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes : maîtrise de l'appareil d'Etat et de tous les leviers du bon fonctionnement des ministères. Le mécanisme est bien rodé (voir nos éditions antérieures).

Tout ce déroulement de tapis rouge pour la communauté internationale et la société civile ne serait donc que mascarade et bluff. On cherche par tous les moyens à tirer encore quelques mois, quelques années avant de passer aux élections… La reconnaissance internationale, ils s'en contrefoutent. Ah ! Argent quand tu nous tiens !!!!