Portal Home Page Provincial News Home Email this Page Printable Version RSS Feed

 
  Other Articles from THIS province
  News by Regions
and Provinces
Online News distributed by the
Diocese of Antsiranana
(Church of the Province of the Indian Ocean)
FATHER SYLVAIN URFER
Photo No. : P100703-1

 
SYLVAIN URFER , A JESUIT PRIEST EDITOR OF FAITH AND JUSTICE ISSUES FOR THE CATHOLIC CHURCH AND WHO HAS SPENT 34 YRS IN MADAGASCAR WAS SUDDENLY EXPELLED BY THE RAVELOMANANA LEADERS IN MAY 2007 BUT THE HAT PRESIDENT ANDRY RAJOELINA HAS WELCOMED HIM BACK TO MADAGASCAR REPORTS LA GAZETTE
 
ANTSIRANANA 100703-1
July 3, 2010

[Diocese of Antsiranana - Indian Ocean] Sylvain Urfer: Le livre de l’après-expulsion
Samedi, 03 Juillet 2010 05:28
Après sa brutale expulsion de mai 2007, le père Sylvain Urfer est revenu dans l’île. En effet, l’un des premiers actes du régime de transition a été d’abroger les mesures d’interdiction de séjour qui ont frappé ce prêtre jésuite français. Dans la capitale, en tout cas, Sylvain Urfer a repris ses activités de naguère, comme si de rien n’était, notamment la direction des éditions catholiques Foi et Justice. A ce poste, il vient de publier un livre de sa conception intitulé « La crise et le rebond : Après 50 ans d’indépendance malgache ».

L’ouvrage, en fait, est un recueil des conférences, articles ou interviews publiés ces dernières années, dont il est l’auteur ou le principal concerné. Trame du livre : Sylvain Urfer tente d’identifier les maux qui minent l’île et qui font qu’elle est l’objet de crises à répétition. En analyste avisé, le prêtre dégage rapidement les motifs du mal : l’aspiration profonde du peuple à la justice, à l’équité et à la liberté se heurte à l’égoïsme et à la soif de pouvoir des dirigeants. Le choc engendre de violents mouvements de rue qui renversent généralement le pouvoir. Comment sortir de ce cycle et assurer une certaine pérennité au pouvoir ?

Sylvain Urfer préconise une réelle séparation des pouvoirs et l’indépendance de la justice, l’assainissement du processus électoral, la lutte contre la corruption avec cette remarque parfaitement fondée : sortir de l’ambiguïté du Bianco qui, rattaché à la Présidence de la République, ne peut enquêter ni sur le président ni sur ses protégés. Le prêtre suggère, par ailleurs, l’ouverture d’un chantier : créer des comportements nouveaux compatibles avec la démocratie. Ce qui, selon lui, nécessite le retour des cours d’éducation civique dans les écoles. Et les Eglises, omniprésentes sur le terrain politique ces dernières décennies ? D’après Sylvain Urfer, elles doivent en revenir à leur vocation première qui est la promotion de l’œcuménisme.

Il faut, en tout cas, écouter ce prêtre qui est un observateur lucide de notre vie nationale et qui analyse sans concession ni compromission. L’homme d’ailleurs est un acteur de notre société civile car membre du Sefafi (Observatoire de la Vie Publique), et joint donc l’action à la réflexion. On rejoint le père Sylvain Urfer sur un point : les échecs accumulés lors de ces 50 années d’indépendance, si consternants soient-ils, doivent servir de leçon pour l’avenir. Qu’est-ce que d’ailleurs un prêtre s’il n’incite pas ainsi à l’optimisme ?