Portal Home Page Provincial News Home Email this Page Printable Version RSS Feed

 
  Other AFMN
Articles
  News by Regions
and Provinces
Les nouvelles en ligne ont édité près
Le Réseau Francophone de la Communion Anglicane
 
Une image positive
 
AFMN 061213-3
13 Décembre 2006

Les Petits Chanteurs de Ste Trinité aux U.S.A.

[Le Réseau Francophone de la Communion Anglicane - AFMN] Durant 21 jours, 23 villes ont été visitées et 28 concerts donnés. Des compatriotes de la diaspora se sont déplacés en grand nombre de même que des mélomanes américains pour voir l'autre partie d'Haïti sur les lieux des concerts...

Une grande tournée de la Chorale des « Petits Chanteurs » et d'un quintette à cordes de Ste. Trinité aux Etats-Unis d'Amérique avait été planifiée pour l'année 2004. La conjoncture politique ne s'y prêtait pas. 2005 n'était pas non plus un moment de gaïeté pour la majorité des compatriotes. Les responsables spirituels de l'Eglise épiscopale d'Haïti avaient décidé de renvoyer cette tournée après les élections de 2006. A la faveur d'un climat général plus détendu, une trentaine de musiciens ont effectivement fait le voyage aux Etats-Unis d'Amérique du Nord, du 6 au 29 Septembre 2006."

Durant 21 jours, 23 villes ont été visitées et 28 concerts donnés. De Washington DC à Baltimore, de Boston à Pennsylvania, de New-York au Connecticut, de Maryland à Maine, les "Petits Chanteurs" de Ste. Trinité ont non seulement projeté une image positive d'Haïti, mais aussi en ont profité pour montrer la grande richesse de la culture haïtienne sur le plan musical. A un moment où la presse internationale plaçait Haïti entre le chaos et l'anarchie, à l'heure de la célébration de ses deux cent ans d'indépendance nationale, il fallait sur le plan culturel contourner cette image négative. Les " Jeunes ambassadeurs de la créativité haïtienne" ont prouvé qu'il y avait de l'ordre, de la discipline et de l'enthousiasme à la vie dans une grande partie du peuple dont ils étaient, en Amérique du Nord, les représentants qualifiés.

Qui sont-ils les " Petits Chanteurs " ? L'appellation des " Petits Chanteurs " vient d'une ancienne tradition de la Communion Anglicane visant à la formation de la musique religieuse chez les jeunes garçons à partir de sept ans. La Chorale des Petits Chanteurs de l'Ecole de Musique Sainte Trinité existe depuis 1960. Elle est fondée par le Père Barry Borrows. James Smith (Smithy) prend la relève en 1978. Les Petits Chanteurs ont eu comme chef de choeur pendant toutes ces années la révérende Soeur Caroline Darr, Maryse Mc. Neeley, Will Hodson, Katty Parryl, Jean-Luc Princivil de 1998 à 2000. Depuis le voyage de Jean-Luc pour ses études musicales à Howard University, les Petits Chanteurs sont dirigés par un staff composé de : Desinat Jean-Bernard, Milou Zéphir, Jolibois Berthony avec l'assistance technique du Dr. Nicole St. Victor. Après les deux premières années d'Initiation à la Musique (Kindergarten et première année), le programme de formation " Petits Chanteurs", commence à l'âge de 7 ans et strictement réservé aux élèves de l'Ecole Primaire Sainte Trinité. La formation d'un « Petit Chanteur » prend 3 ans au minimum. Les alti, les basses et les ténors sont recrutés parmi les anciens "Petits Chanteurs". La Chorale a eu déjà des tournées aux USA en : Juin 1978, octobre 1984, mars 1989, novembre 1990, septembre 1997, octobre 1998, Septembre 1999, septembre 2002.

Durant cette dernière tournée en date aux USA en septembre 2006, les 25 vocalistes de la Chorale des Petits Chanteurs, le quintette à cordes, les solistes Nicole St. Victor, Valérie Brutus et Nirva Zéphir, le conducteur et violoniste Père David César ont partout reçu des "standing ovation". Du côté américain et des compatriotes accourus pour recevoir un bain d'optimisme, on ne cessait de reconnaître la résistance d'une nation qu'on accable. On se demandait, perplexes, comment, au milieu de tant de tumultes maintenus et de violence médiatisée à l'excès, l'Ecole de Musique de Ste. Trinité a-t-elle pu arriver à préparer des jeunes à la musique de qualité. Ce qu'on savait un peu moins, c'est que toute cette beauté artistique affirmée n'est pas née de la dernière pluie. Après 60 années d'existence, la Chorale des Petits Chanteurs s'est toujours révélée comme un foyer vivant de nouveaux talents recrutés dans toutes les classes sociales. Au bout de ses 50 ans, l'Ecole de Musique de Sainte Trinité a exploré avec passion et assiduité tous les champs de la musique dite classique. Il ne faut pas non plus oublier que les 35 ans de l'Orchestre St. Trinité ont été patiemment mis en faveur d'une spiritualité nouvelle où la parole de foi chrétienne s'allie avec bonheur à la quête de perfection de l'homme haïtien.

Le temps, les expériences, le sacerdoce artistique, le patriotisme soutenu en dépit du délabrement provoqué comme outil de pessimisme psychologique, voilà la carte de visite de l'Orchestre de St. Trinité. Ils ont joué, dans un grand orgueil nationaliste et patriotique, des "oeuvres sacrées" d'occidentaux, des "Negro spirituals" de l'Amérique et des chef-d'oeuvres de grands compositeurs haïtiens. Du "Messie" de Handel à "Adoramus te" de Palestrina en passant par "I'm gonna sing" ou "I want Jesus" de Moses Hogan, les musiciens ont montré à un public averti leur virtuosité à jouer dans tous les genres : de la musique du Moyen Age aux grandes compositions baroques en faisant de généreux clins d'oeil du côté du modernisme negro-américain.

Les spectateurs ont été surtout surpris d'écouter de solides oeuvres savantes haïtiennes. Les unes tirées du folklore tel Chopin produisant des "polonaises" (Choucoune, Bèl Ayiti, Dodo Titit, Les trois rondes), les autres plus élaborées (La Messe) de Jeagerhuber, la musique savante haïtienne s'est imposée au cours de toute la tournée. Lina Mathon Blanchet, Ludovic Lamothe, Férère Laguerre, Justin Elie ont laissé des compositions qui peuvent être classées comme patrimoine musical mondial.

"Justin Elie, écrit Ed Rainer Sainvill, a redéfini les normes musicales en injectant les données éclectiques à la musique locale". C'est un virtuose du piano. Il est né au Cap Haïtien en 1883 et est mort à New-York en 1931. Avec Ludovic Lamothe, fils de la poétesse Virginie Sampeur, c'est encore le grand style du piano. Maître du clavier, "Lamothe eut à faire face, lit-on dans Tambours Frappés Haïtiens Campés, à l'indifférence de quelques âmes injustes du milieu et il termina ses jours en déshérité." Né à Port-au-Prince en 1882 il y meurt dans la gêne en 1953. Werner Anton Jaegerhuber est né de père nord- américain et de mère haïtienne. Sa musique explore le folklore local haïtien. Il naît à Port-au-Prince en 1900 et meurt à Pétion-Ville en 1953.

A ces trois pionniers, le Quintette à cordes de Ste. Trinité a ajouté, dans son répertoire de circonstance, les oeuvres plus récentes de Férère Laguerre et de Lina Mathon Blanchet. " C'était une grande découverte pour beaucoup de spectateurs", affirme le Père David César. Pour plus d'un, on ne savait pas que le pays avait ses "classiques". Le Père César pense qu'il serait profitable au pays d'inclure des cours d'histoire de l'art et de la musique en Haïti dans les collèges et lycées. " Il faut sauvegarder notre identité créatrice", argumente-t-il.

L'image négative renversée

Pour ce prêtre épiscopalien qui se voue corps et âme à la démocratisation sociale de la musique savante en Haïti, une tournée si réussie est une espèce de baume pour le pays meurtri. Il remercie les haïtiens qui ont fait le déplacement en grand nombre pour maintenir le contact avec la terre nourricière. Dans le New Jersey, par exemple, il y avait un si grand nombre de compatriotes qu'il a du s'exprimer en français et en créole. Le Père David César souligne que la presse américaine, dont la chaîne de télévision ABC, s'était déplacée pour venir voir l'autre part d'Haïti sur les lieux des concerts. Il croit que "l'image négative d'Haïti est renversée" après cette tournée. Il affirme que les grandes révélations de la tournée sont immanquablement le jeune Doris Lassègue Désir, soliste des Petits Chanteurs, qui a si superbement interprété "Haïti Chérie" qu'il a été porté sur toutes les épaules et Nirva Zéphir, soprano dramatique. Le prêtre musicien a le sentiment que les trois directeurs de la Chorale des Petits Chanteurs : Jean Bernard Désinat, Berthony Jolibois et Milou Zéphir assurent déjà l'avenir de la nouvelle génération.

Une grande harmonie sociale a été trouvée chez les musiciens durant toute la tournée. Ils étaient tous animés d'une très bonne convivialité. C'était une mission à accomplir tant sur le plan musical que sur celui du rapport social en terre étrangère. Le Père César pense que c'est là non seulement le résultat d'un travail musical parfait, mais aussi les retombées du camp annuel de Léogane qui apprend aux jeunes les bonheurs du partage humain. Il n'oubliera pas de sitôt le concert donné à l'ambassade d'Haïti à Washington et se réjouit de ses retrouvailles avec Jean Luc Princivil qui poursuit sa maîtrise à Howard University, soutenu par l'Eglise épiscopale d'Haïti.

Les perspectives de l'Orchestre Ste. Trinité sont significatives d'une constante dans le perfectionnement artistique et le changement social: une tournée de concerts au Canada, des pourparlers en cours avec les ministères du Tourisme et de la Culture dans le cadre de la relance du tourisme et pour la concrétisation de projets culturels, "sans oublier, continue le Père David, le soutien éventuel du président Préval qui a expérimenté en ce domaine des valeurs positives avec l'Ecole de Musique de Marmelade".

L'optimisme est de mise à la direction de l'Ecole de Musique de Ste. Trinité. La dernière performance en date dans 23 villes américaines prouve l'état de santé de la musique savante haïtienne. Les structures d'accueil d'éducation musicale restent dynamiques: un annexe est déjà en fonctionnement à la Place St. Pierre de Pétion-Ville, au Collège St. Pierre, à Sainte Rose de Lima à Lalue, au Collège St. Martin de Tours à Delmas, au Lycée Français, à l'Ecole Dessaix Baptiste de Jacmel, tout se met en place.

Revenus en Haïti, La Chorale et le Quintette organisent un Concert de Retour le dimanche 15 Octobre 2006 à la Salle Ste. Cécile de L'Ecole de Musique Ste. Trinité à 11h30 A.M. Ils comptent par ainsi remercier le public et tous ceux qui ont contribué à la réussite de la tournée aux USA avec des oeuvres de musique sacrée, Negro spirituals et de compositeurs haïtiens. C'est une invitation aux mélomanes haïtiens de venir assister à un "remake " de la performance des " Petits Chanteurs " aux USA.


Par des contacts plus concrets avec les secteurs public et privé, le Père David César, qui pense déjà à conduire "La Messe Folklorique haïtienne" de Jeagerhuber à l'occasion des festivités officielles célébrant le Bicentenaire de la mort de l'Empereur le 17 Octobre prochain à Marchand Dessalines, affirme sans broncher que " l'avenir de la musique savante en Haïti est assurée."