Portal Home Page Provincial News Home Email this Page Printable Version RSS Feed

 
  Other AFMN
Articles
  News by Regions
and Provinces
Les nouvelles en ligne ont édité près
Le Réseau Francophone de la Communion Anglicane
 
Promouvoir l'excellence
 
AFMN 070303-1
3 Mars 2007

[Le Réseau Francophone de la Communion Anglicane - AFMN] Le Bureau Anglican de l'Education en Haïti ( BAEH) se fixe comme objectif de promouvoir l'excellence du travail accompli dans les institutions d'éducation, de la base jusqu'à l'enseignement supérieur. Le directeur exécutif nous en parle.

C'est en janvier 2006 que l'Ordinaire du diocèse, Monseigneur Jean Zaché Duracin, évêque de l'Eglise Episcopale d'Haïti, a fondé le BAEH. Il ne pensait pas si bien faire dans la contribution de l'Eglise Episcopale à l'Education en Haïti. Au cours d'une rencontre avec le Chanoine Ogé Beauvoir, directeur exécutif du BAEH, des informations nous ont été fournies. Elles sont nécessaires à être diffusées à une période où l'enseignement en Haïti subit les contrecoups d'un contexte politique troublé.

L'Eglise Episcopale d'Haïti a mis sur pied le Bureau de l'Education pour mieux coordonner « les établissements d'enseignement, favoriser leur développement et renforcer leur capacité de service », informe le Chanoine Ogé Beauvoir. Opérant dans neuf des dix départements géographiques du pays avec soixante-quatorze (74) établissements préscolaires, cent quarante-trois (143) écoles primaires, trente-sept (37) écoles secondaires, la première école spécialisée pour enfants handicapés en Haïti (Ecole St-Vincent), une école de musique, des écoles professionnelles, une école moyenne d'agriculture, un collège communautaire et une université composée de six facultés, le BAEH a du pain sur la planche.

« Cette structure, souligne le Chanoine Ogé Beauvoir, facilite aussi une meilleure reconnaissance de la contribution de l'Eglise Episcopale d'Haïti à l'éducation de la jeunesse haïtienne. » Le BAEH reçoit-il déjà un support financier des organisations internationales ? Chanoine Beauvoir précise que « la mise en place du Bureau interpelle tant les communautés locales que de potentiels bailleurs de fonds nationaux et internationaux. »

LA QUALITE DE L'ENSEIGNEMENT

Le BAEH se fixe comme objectif de promouvoir l'excellence du travail accompli dans les institutions d'éducation, de la base jusqu'à l'enseignement supérieur. En voulant faciliter l'accès à l'éducation pour tous les enfants en général et les filles en particulier, le BAEH s'est donné comme priorité de favoriser l'accroissement des écoles dans les milieux défavorisés des villes et des communautés rurales.

En vue d'améliorer la qualité de l'enseignement dispensé, le BAEH a mis sur pied une politique de bonne supervision, une assistance technique et la formation des maîtres. « Il est question, affirme le Chanoine Beauvoir, de favoriser l'émergence d'une école nouvelle à travers le pays. »

Le BAEH supervise dans l'Ouest 27 établissements préscolaires, 46 du 1er au 2e cycle et 13 du 3e cycle du secondaire. Dans le Nord et le Nord-Est 4 préscolaires, 6 du 1er et 2e cycles et 2 du 3e cycle secondaire. Dans le Nord-Ouest 3 préscolaires, 4 du 1er et 2e cycles et 2 du 3e cycle secondaire. Dans l'Artibonite 5 préscolaires, 7 du 1er et 2e cycles et 1 du 3e cycle. Dans le Plateau central 10 préscolaires, 36 du 1er et 2e cycle et 6 du 3e cycle secondaire. Dans le sud, 6 préscolaires, 12 du 1er et 2e cycle et 3 du 3e cycle secondaire. Dans les Nippes 4 préscolaires, 5 du 1er et 2e cycle et 1 du 3e cycle secondaire. Dans le Sud-Est 15 préscolaires, 27 du 1er et 2e cycles et 9 du 3e cycle secondaire. En tout : 74 préscolaires, 143 du 1er et 2e cycle et 37 du 3e cycle secondaire.

Cette structure de 254 établissements demande une surveillance constante du Bureau Anglican de l'Education en Haïti. Le Bureau travaille de concert avec le clergé anglican. « Mgr Duracin a demandé au BAEH de travailler en étroite collaboration avec les archidiacres du diocèse », précise le Chanoine Beauvoir.

POURPARLERS AU SUJET DES FINANCEMENTS

Depuis la création du BAEH, Mgr Duracin a toujours exprimé le souhait de le voir en partenariat avec l'Université Episcopale d'Haïti (UNEPH) développer des relations devant faciliter la croissance académique des établissements. « Cette coopération donne déjà des fruits, relate Chanoine Beauvoir. Le BAEH utilise, sur une base ponctuelle, les services de finissants de la faculté des Sciences de l'Education de l'UNEPH. Le bureau vient de commencer des négociations avec l'UNEPH pour développer ensemble un programme de formation continue d'instituteurs déjà en fonction. » M. Lucien Bernard, le recteur a.i. de l'UNEPH, a mandaté madame Marianne Palisse, vice doyenne de la faculté des Sciences de l'Education, pour coordonner la coopération interinstitutionnelle.

L'Agence canadienne pour le développement international (ACDI) a accordé une subvention de 14 millions de gourdes au BAEH dans le cadre du programme d'appui à la rentrée scolaire 2005-2006. Cet appui financier canadien a permis au BAEH de réaliser des objectifs suivants : 6.300 élèves ont reçu livres et fournitures classiques, les directeurs de 29 écoles ont eu des matériels didactiques, les Comités d'Ecole exigés par le Ministère de l'Education nationale ont été mis en place, des séminaires en pédagogie, en développement, en valeurs démocratiques et en égalité de sexe ont été organisés, des réparations ont été effectuées dans les bâtiments logeant des écoles, des motocyclettes ont été procurées pour faciliter le travail des moniteurs, la distribution de poubelles a été effectuée dans 29 écoles.

Durant l'année 2006, le BAEH a visité beaucoup d'écoles au Plateau Central, à Gros-Morne, à Port-de-Paix, au Cap, à Léogane, aux Cayes. « Ces tournées, informe le Chanoine Beauvoir, ont permis aux responsables du BAEH de rencontrer les différents intervenants de nos établissements d'enseignement, de recueillir des informations et faire la connaissance des lieux. Des séminaires de formation pour instituteurs ont été organisés à Mirebalais et à Léogane. »

Le BAEH, à part l'ACDI, compte approcher d'autres organisations internationales. Tout en remerciant l'Agence internationale canadienne, le Chanoine Beauvoir souligne que la « nouvelle école consiste à faire passer à travers l'enseignement dispensé les valeurs anglicanes de la tolérance, l'acceptation de la différence, l'égalité des sexes ».

L'Eglise Episcopale est impliquée depuis 1861 dans l'éducation en Haïti. En 1881, l'Eglise a ouvert une Ecole normale d'instituteurs et une Ecole d'Agriculture en 1884.